Qui chante cette vieille chanson »j’ai la ratte qui se dilate »….?

Merci a tous ,c’est bien sympa!

Tinariwena,c’est formidable d’avoir ses paroles en tete dans la minute.Merci a tous pour vos reponses!

8 Answers

  • Les Q/Ristes précédents ont bien répondu.

    C’est bien Gaston Ouvrard, paroles : Géo Koger, musique : Vincent Scotto, Gaston Ouvrard 1932.

    Je mets un lien vers un site proposant les paroles complètes.

    Cordialement.

  • Gaston Ouvrard – Je suis pas bien Portant. 1932

    l’année de mes 32 ans !

  • J’ai eu l’occasion de le revoir dernièrement à la téloche… Quelle performance…!!! Chanter ça sans se planter relève de l’exploit… Bravo posthume à Ouvard… Fais chanter ça à la Star’Ac pour qu’on rigole un peu…

  • Gaston Ouvrard

    Je n’suis pas bien portant

    ——————————————————————————–

    Depuis que je suis sur la terre [militaire],

    C’n’est pas rigolo. Entre nous,

    Je suis d’une santé précaire,

    Et je m’fais un mauvais sang fou,

    J’ai beau vouloir me remonter

    Je souffre de tous les côtés.

    J’ai la rate

    Qui s’dilate

    J’ai le foie

    Qu’est pas droit

    J’ai le ventre

    Qui se rentre

    J’ai l’pylore

    Qui s’colore

    J’ai l’gésier [gosier]

    Anémié

    L’estomac

    Bien trop bas

    Et les côtes

    Bien trop hautes

    J’ai les hanches

    Qui s’démanchent

    L’épigastre

    Qui s’encastre

    L’abdomen

    Qui s’démène

    J’ai l’thorax

    Qui s’désaxe

    La poitrine

    Qui s’débine

    Les épaules

    Qui se frôlent

    J’ai les reins

    Bien trop fins

    Les boyaux

    Bien trop gros

    J’ai l’sternum

    Qui s’dégomme

    Et l’sacrum

    C’est tout comme

    J’ai l’nombril

    Tout en vrille

    Et l’coccyx

    Qui s’dévisse

    Ah ! bon Dieu ! qu’c’est embêtant

    D’être toujours patraque,

    Ah ! bon Dieu ! qu’c’est embêtant

    Je n’suis pas bien portant.

    Pour tâcher d’guérir au plus vite,

    Un matin tout dernièrement

    Je suis allé à la visite [rendre visite]

    Voir le major du régiment.

    [A un méd’cin très épatant.]

    D’où souffrez-vous ? qu’il m’a demandé.

    C’est bien simpl’ que j’y ai répliqué.

    J’ai la rate

    Qui s’dilate

    J’ai le foie

    Qu’est pas droit

    Et puis j’ai

    Ajouté

    Voyez-vous

    C’n’est pas tout

    J’ai les g’noux

    Qui sont mous

    J’ai l’fémur

    Qu’est trop dur

    J’ai les cuisses

    Qui s’raidissent

    Les guiboles

    Qui flageolent

    J’ai les ch’villes

    Qui s’tortillent

    Les rotules

    Qui ondulent

    Les tibias

    Raplapla

    Les mollets

    Trop épais

    Les orteils

    Pas pareils

    J’ai le cœur

    En largeur

    Les poumons

    Tout en long

    L’occiput

    Qui chahute

    J’ai les coudes

    Qui s’dessoudent

    J’ai les seins

    Sous l’bassin

    Et l’bassin

    Qu’est pas sain

    {Refrain}

    Avec un’ charmant’ demoiselle

    Je devais m’marier par amour.

    Mais un soir comm’ j’étais près d’elle,

    En train de lui faire la cour,

    Me voyant troublé, ell’ me dit :

    – Qu’avez vous ? moi j’lui répondis :

    J’ai la rate

    Qui s’dilate

    J’ai le foie

    Qu’est pas droit

    J’ai le ventre

    Qui se rentre

    J’ai l’pylore

    Qui s’colore

    J’ai l’gésier [gosier]

    Anémié

    L’estomac

    Bien trop bas

    Et les côtes

    Bien trop hautes

    J’ai les hanches

    Qui s’démanchent

    L’épigastre

    Qui s’encastre

    L’abdomen

    Qui s’démène

    J’ai l’thorax

    Qui s’désaxe

    La poitrine

    Qui s’débine

    Les épaules

    Qui se frôlent

    J’ai les reins

    Bien trop fins

    Les boyaux

    Bien trop gros

    J’ai l’sternum

    Qui s’dégomme

    Et l’sacrum

    C’est tout comme

    J’ai l’nombril

    Tout en vrille

    Et l’coccyx

    Qui s’dévisse

    Et puis j’ai

    Ajouté

    Voyez-vous

    C’n’est pas tout

    J’ai les g’noux

    Qui sont mous

    J’ai l’fémur

    Qu’est trop dur

    J’ai les cuisses

    Qui s’raidissent

    Les guiboles

    Qui flageolent

    J’ai les ch’villes

    Qui s’tortillent

    Les rotules

    Qui ondulent

    Les tibias

    Raplapla

    Les mollets

    Trop épais

    Les orteils

    Pas pareils

    J’ai le cœur

    En largeur

    Les poumons

    Tout en long

    L’occiput

    Qui chahute

    J’ai les coudes

    Qui s’dessoudent

    J’ai les seins

    Sous l’bassin

    Et l’bassin

    Qu’est pas sain

    En plus d’ça

    J’vous l’cach’ pas

    J’ai aussi

    Quel souci !

    La luette

    Trop fluette

    L’oesophage

    Qui surnage

    Les gencives

    Qui dérivent

    J’ai l’palais

    Qu’est pas laid

    Mais les dents

    C’est navrant

    J’ai les p’tites

    Qui s’irritent

    Et les grosses

    Qui s’déchaussent

    Les canines

    S’ratatinent

    Les molaires

    S’font la paire

    Dans les yeux

    C’est pas mieux

    J’ai le droit

    Qu’est pas droit

    Et le gauche

    Qu’est bien moche

    J’ai les cils

    Qui s’défilent

    Les sourcils

    Qui s’épilent

    J’ai l’menton

    Qu’est trop long

    Les artères

    Trop pépères

    J’ai le nez

    Tout bouché

    L’trou du cou

    Qui s’découd

    Et du coup

    Voyez-vous

    J’suis gêné

    Pour parler

    C’est vexant

    Car maint’nant

    J’suis forcé

    D’m’arrêter

  • ma belle mère a l hôpital

  • Gaston Ouvrard

  • boris vian , il me semble

  • la doublure X de Mickey….

Laisser un commentaire