Quelle est la différence entre Adorer et Aimer?

N’est-ce pas difficile de bien dissocier ces deux sentiments? Sont-ils semblables à vos yeux? Car l’amour peut être amical, divin, ou parental aussi,non? Pourtant on apparente souvent le mot aimer à son/sa bien-aimé(e) seulement…

Votre avis cher Quristes?? 😀

Gros bisouille et bonne journée! :-><

19 Answers

  • aimer et adorer, ….

    sentiment parfois horriblement trop proche nous faisant croire ce qu’il n’y a pas lieu d’être.

    pour moi, adorer, c’est quand tu ressens quelque chose de très fort envers quelqu’un tout en n’ayant pas l’impression d’avoir absolument besoin de sa présence pour te sentir bien. tu as envie de t’imprégner de lui, de vouloir en apprendre un maximum sur lui, ….

    Aimer, c’est quand ton coeur reste fou, comme un cheval lancé au triple galop alors que la personne n’est plus là. il suffit de fermer les yeux pour qu’il revive intensemment dans tes pensées. par une simple pensée et c’est comme si sa présence était réelle. c’est comme si tu arrivais à sentir son souffle sur toi, à sentir la délicatesse de ses caresses sur ton corps. c’est quand tu as envie de t’impregner de lui, mais aussi en lui.

    adorer, c’est quand tu tiens beaucoup à quelqu’un

    aimer c’est quand tu t’accroche envers et contre tout à quelqu’un.

    adorer,c’est fredonné

    aimer, c’est écrire et jouer la plus belle de toute les mélodies

  • J’Adore Aimer

    mais

    Je n’Aime pas Adorer

  • Salut la bisouilleuse..

    Ok, l’adoration d’une personne, d’un Dieu ou de quelque chose, met en valeur le fait que ce mot est avant tout basé sur l’aspect spirituel et idéologique.

    Le sentiment d’amour, quand à lui, est véritablement axé sur une personne et non sur une croyance, comme peut l’être l’adoration.

    Donc, dire à une personne « je t’adore », dénote une sorte d’attirance vers cette dernière. Il est le premier pas vers le sentiment d’amour.

    Ca, c’est ce que j’en dis…je peux me tromper bien entendu…

  • Adorer en français, c’est rendre un culte, c’est-à-dire montrer des signes de soumission vis-à-vis d’un être jugé supérieur, duquel on attend, au moyen de ce culte, soit des bienfaits, soit qu’il n’use pas de sa supériorité pour nous nuire. Ce n’est que par un usage peu rigoureux que l’on associe ce terme à un amour qui serait « plus fort que tout ».

    Aimer, en effet, que ce soit faiblement ou infiniment, c’est éprouver de la joie en présence de l’être aimé et dès lors désirer cette présence. Donc il n’y a pas à opposer l’adoration et l’amour, comme si l’un devait supplanter l’autre, l’adoration est un *acte* (rendre un culte), le second un *sentiment* (éprouver une joie que l’on veut conserver) : dès lors, ils peuvent aussi bien se compléter qu’exister indépendamment l’un de l’autre.

    Ainsi, on peut se contenter d’adorer Dieu sans l’aimer vraiment, parce que lui rendre un culte, en se prosternant devant un autel par exemple, c’est une façon de L’adorer, sans que cela signifie « éprouver une joie en sa présence » puisqu’à la base, on n’éprouve pas facilement sa présence ! Ce qui pousse alors à adorer Dieu sans l’aimer, c’est qu’on se contente d’attendre de lui un certain nombre de bienfaits ou de bénédictions. Mais on peut très bien adorer Dieu tout en l’aimant en même temps, sans que les deux notions se confondent, parce qu’on peut avoir le sentiment de ressentir sa présence et la trouver jubilatoire tout en lui rendant un culte par ailleurs : cela peut être le culte qui est cause de ce sentiment de joie et donc d’amour ou inversement cela peut être le sentiment qui pousse à rendre un culte.

    Enfin on peut aussi aimer Dieu sans l’adorer, parce qu’on ressent sa présence comme douce et aimante plutôt que prometteuse (de satisfaire des intérêts ou espoirs) ou menaçante. D’une certaine façon, Jésus a enseigné plutôt à aimer qu’à adorer Dieu (cf. sa dénonciation des pharisiens).

    Et de la même façon, on peut aussi très bien adorer une personne humaine, notamment si on n’adhère pas à une religion particulière. L’être le plus élevé dans notre conscience peut ainsi être un de nos parents, notre amant ou notre enfant : on peut manifester ostensiblement vis-à-vis d’eux une soumission à un moment ou un autre de la vie ou toute la vie. Certains parents sont totalement soumis aux caprices de leur enfant, se ruinent à leur offrir des jouets comme on offrait aux dieux des sacrifices somptueux, parce que pour eux il est l’être qui donne sens à leur vie, sans lequel leur vie serait complètement vide – ce qui au passage n’est pas du tout rendre service à un enfant… Donc de même qu’avec un Dieu, on peut rendre un culte à une personne et l’aimer en même temps, on peut aussi l’adorer sans l’aimer (ex. les cultes de la personne des chefs dans les régimes totalitaires), et on peut aimer sans adorer, parce qu’on se sent libre et égaux de part et d’autre.

  • aimer = 5 lettres

    adorer = 6 lettres

    6-5 = 1.

    on peut tous constater que la difference est bien mince !

  •  » dieu seul adoreras! »…..adorer est beaucoup plus fort, il implique une quasi déification!…..

  • petit j’ai posé la question … om m’a répondu adorer est réservé à dieu….

    aimé c’est aimé… la différence c’est une question de temps (1 an, un semestre, 1 mois, 1 semaine, Jour, 1 heure une seconde sans cet amours est-ce supportable?

  • On peut adorer ses parents ses enfants, on aime son partenaire c’est un exemple..

  • On Aime avec son Coeur,

    c’ est déjà ça.

    AIMER:-« Un prisme au coeur de milles et une facette

    dont on en apprend chaque jour. »

    Honnêtement, chais pas plus et j’ dis c’ que je pense.

    Bonne soirée Mélie !

  • Au tout début du mariage on aime et on adore son conjoint puis quelque 10 années + tard on l’aime mais de là à dire que l’on adore…

    A mon avis, adorer est un superlatif qui sublime le mot aimer.

Hottest videos

Laisser un commentaire