quelle différence y a t-il entre le naturalisme et le réalisme?

Si je peux avoir une petite définition de chacun.

Merci.

4 Answers

  • REALISME: 1840-1865

    les peintres vont être attachés à dénoncer les conditions de vie sociale

    peinture porteuse d’un élan social et humanitaire

    scènes de la vie quotidienne

    GUSTAVE COURBET.DAUMIER.MILLET

    NATURALISME :1845-1865

    rejet du monde industriel

    retour à la nature, à l’ecologie, à des choses simples et essentielles

    JEAN BAPTISTE CORAT.CHARLES FRANCOIS DAUBIGNY.THEODORE ROUSSEAU

  • Le réalisme désigne une école littéraire conduite par Champfleury qui prône la vérité dans la représentation de la vie, en s’opposant aux illusions et aux excès du romantisme.

    Ce mouvement précède le naturalisme

    Le romancier, comparable au savant, applique les méthodes des sciences de l’observation. Les thèmes principaux sont les moeurs d’une époque, d’un milieu, les liens avec le contexte historique, politique, social ; l’influence du milieu sur l’individu ; la ville, la province, les misères sociales et l’ascension sociale.

    Les Réalistes refusent toute espèce d’idéalisme mensonger, qui donne de la réalité humaine et sociale une vision aseptisée, à la fois incomplète et fausse.

    Ils se veulent objectifs ( récits à la troisième personne, intrigues tirées de faits divers, descriptions réalistes, documentation, recherche du fait « vrai » etc.)

    Le Naturalisme est une école et une doctrine littéraires fondées par Émile Zola au début de la IIIe République.

    Il prolonge le réalisme et peint la réalité en s’appuyant sur un travail de documentation minutieuse et en s’inspirant des sciences expérimentales.

    Le romancier entend surtout représenter des êtres mus par leur sang, dominés par leurs instincts.

    Regarder là, c’est assez complet sans faire 15 pages …

    http://www.cyberprofs.com/Les-courants-litteraires…

    Les mots réalisme et naturalisme sont proches, mais ne signifient pas tout à fait la même chose pour autant.

    Quand Champfleury parlait de réalisme, il désignait simplement la littérature du vrai, la volonté de reproduire le réel.

    C’est donc Émile Zola qui en premier utilisa le terme naturalisme en 1880 dans son célèbre essai ‘Le Roman expérimental ». Il donne alors une nouvelle dimension au réalisme, en y ajoutant une facette qui se prétend scientifique et qui est supposée permettre une analyse objective de problèmes ou de faits tels que l’hérédité et l’alcoolisme.

  • Naturalisme (en littérature) : c’est un mouvement qui s’inspire des postulats, des théories ou des méthodes des sciences expérimentales. Le naturalisme est une école littéraire qui, dans les dernières décennies du XIXe siècle, cherche à introduire dans l’art la méthode des sciences expérimentales appliquée à la biologie par Claude Bernard.

    Émile Zola, chef de file du naturalisme, expose cette théorie dans le Roman expérimental (1880). De la France, le naturalisme s’étend à toute l’Europe au cours des vingt années suivantes, fixant les recherches analogues qui existent déjà dans les différentes littératures nationales.

    Réalisme : Le courant réaliste est apparu entre 1850 et 1890. Il s’oppose alors au romantisme de la première moitié du siècle. Le concept du réalisme se manifeste aussi bien en littérature avec Champfleury et Duranty, et par la suite Émile Zola et Guy de Maupassant, qu’en peinture avec Courbet. En effet, ce terme fut utilisé pour la première fois, presque comme une insulte, par les critiques à propos d’un tableau de Courbet, le fameux Enterrement à Ornans. Cette conception du réalisme, en littérature, aboutit en 1880 à la théorisation du naturalisme par Émile Zola.

    Les précurseurs du réalisme social (associé au parcours amoureux) au siècle précédent sont Marivaux avec le Paysan parvenu (1735) ou la Vie de Marianne (1741), l’abbé Prévost avec Manon Lescaut (1731) ou Restif de la Bretonneavec le Paysan perverti (1775).

    Le réalisme, en littérature comme en peinture, tranche nettement avec l’enseignement de l’Académie : les artistes « réalistes » refusent toute espèce d’idéalisme mensonger, qui donne de la réalité humaine et sociale une vision aseptisée, à la fois incomplète et fausse. Mais ces changements ne sont pas du goût de tous : on leur reproche leur vulgarité, leur manque de « goût », voire leur obscénité.

  • J’ai étudié ça pendant ma deuxième année de lettre ; j’avoue qu’il ne me reste plus grand chose.

Hottest videos

Laisser un commentaire