difference entre flemme et flegme???

je viens de lire une question et etais sure que flemme etait une faute… or suite à recherche internet les deux mots existeraient avec connotation differentes:

flemme : paresse

flegme : calme, nonchalance

ps : j’ai limite honte, je suis généralement incollable en français… mais je vous avoue avoir ce soir la flemme de chercher… peut etre dû à un état flegmatique sait on jamais…

ai je bien compris???

ethymologie differente vraiment??? ou evolution (ou déformation!!!)du mot pour le rendre plus facile d’usage à l’oral?

4 Answers

  • La flemme, c’est une fainéantise passagère, la paraisse plutôt assumée et sans trop de culpabilité. Un laisser aller dans la passivité avec une certaine complaisance.

    Le flegme, qu’on associe la plupart du temps aux britanniques est une forme d’indolence, un état d’esprit.

    Face à une situation qui paraît désespérée, un bon britannique se doit d’envoyer un trait d’humour sur un ton désabusé, c’est ça le flegme, la possibilité de prendre de la distance en dépassionnant le débat. C’est une grande qualité qui permet de retrouver des forces.

  • Flegme:

    Caractère d’une personne calme et imperturbable, qui garde son sang-froid en toutes circonstances.

    Rien avoir avec la paresse! ( contrairement à la flemme = Sentiment de paresse, désir de ne rien faire.)

    Le flegme britannique est un peu un mythe ! Quand on vit en GB, on s’aperçoit qu’il est attaché à une classe sociale et que l’homme de la rue sait être agressif!!! ah ha

    etymologie :

    Flegme:

    Étymol. et Hist. 1. xiiie s. a. liég. flegme « une des 4 humeurs de l’ancienne médecine » (Médicinaire liégeois du XIIIe s., éd. J. Haust, 797); 1538 phlegme (Est., Lat. fr., d’apr. FEW, t. 8, p. 391b); 2. av. 1593 flegme « crachat » (G. Bouchet, 33e Seree [v. 40] ds Hug.); 3. 1651 fig. « caractère calme » (Scarron, Roman Comique, éd. A. Adam, II, 17, p. 768). Réfection étymol. de l’a. fr. fleume [1. 1256 fleume « l’une des quatre humeurs fondamentales, dans l’ancienne médecine » (Ald. de Sienne, Regime du corps, 45, 18 ds T.-L.); 2. 1314 fleugme sause [phlegma salsa] « sorte d’ulcère » (H. de Mondeville, Chirurgie, 1657, ibid.); 1510 fleume « crachat » (Gringore, Coqueluche [I, 186] ds Hug.)], du b. lat. phlegma « humeur, mucus », gr. φλέγμα. Fréq. abs. littér. : 130.

    flemme:

    Étymol. et Hist. Fin xviiie s. en appos. (Boutanquoi, Souvenirs de Marie-Victoire Monnard, 1777-1802, p. 36 ds Brunot t. 10, p. 226 : elle avait le caractère « flemme »); 1821 subst. fém. flème qualifié de ,,barbarisme«  (J.C.L.P. Desgranges, Petit dict. du peuple à l’usage des quatre cinquièmes de la France, p. 45); 1828-29 batteur de flemme « désœuvré » (Vidocq, Mém., t. 3, p. 180). Empr. à l’ital. flemma « lenteur, placidité » (dep. xvie s., Tansillo ds Batt.), d’abord « l’une des quatre humeurs fondamentales de l’organisme » (dep. xiiie s., Brunetto Latini, ibid.), de même orig. que flegme*. Fréq. abs. littér. : 24. Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1965, t. 29, p. 377. − Hope 1971, pp. 445-446. − Pauli 1921, p. 21.

  • Simplicite et economie de mouvement… tres zen, ou tres British. Depuis que je vis en Angleterre ma flemme c’est transformee en flegme. Dieu, c’est bon. Mon the et mes crumpets, merci 😉

  • Moi, je ne les écrit pas mais à l’occasion je les pratique. LOL

    🙂

Laisser un commentaire